Publié par : WCFN | 06/04/2016

Éoliennes et cochons

 

Mise à jour: Depuis la publication de la lettre ci-dessous, nous avons reçu de Suisse une compilation remarquable de documents sur les effets nocifs des éoliennes, notamment en ce qui concerne les infrasons:   un dossier très inquiétant

 

Une victime des éoliennes écrit aux élus
( Jura suisse )

 

30 mars 2016

Mesdames, Messieurs,

Il est tout de même édifiant de lire que des rapports sont faits pour les porcs élevés autour de parcs d’éoliennes et rien sur les riverains humains! Edifiant que des autorités communales sans aucun diplôme adéquat se permettent d’ignorer des études menées par des scientifiques!

Si au moins cette négligence avait pour objectif une politique énergétique crédible. Hélas, rien de tout cela comme nous avons pu le voir hier soir dans un documentaire sur la chaîne de télévision Arte: La stratégie de la transition énergétique tue. On meurt de froid en Europe faute de pouvoir payer sa facture d’électricité en hausse partout où le marché est libéralisé. Les énergies renouvelables ne sont qu’un alibi au lieu d’être une solution et elles contribuent à ce gâchis faute de conscience à la tête de tout cela. L’Allemagne pollue comme jamais malgré une colonisation spatiale sans précédent pour produire des énergies dites vertes!

Il n’y a rien de glorieux dans la transition énergétique, seulement des opportunistes, et ce n’est pas moi qui le dit, c’est un constat lamentable fait sur le terrain.

J’espère que vous lirez le document ci-dessous et que vous en tirerez les enseignements. J’espère que chacun des acteurs responsables de ce à quoi on nous expose aujourd’hui devront un jour répondre de leur passivité. Croyez bien que toutes les associations du monde qui se sont créées autour de ces parcs éoliens accumulent patiemment les preuves de cette passivité et qu’ensemble elles se mobiliseront en temps voulu, comme cela s’est fait pour l’amiante et pour le tabac. Nous ne sommes pas des opposants, nous sommes des lanceurs d’alertes et notre objectif est de faire reconnaître les impacts sur notre santé de machines installées beaucoup trop proches des habitations.

Avec mes salutations

Pascale Hoffmeyer

NOTES DE WCFN :
Voici l’article en question : étude sur la qualité de la viande de porc élevé à proximité d’une éolienne – Les chercheurs ont trouvé que cette viande était de qualité inférieure.

NB : une autre étude, réalisée en 2013, a trouvé que des oies élevées à proximité d’éoliennes produisaient moins de viande et avaient un taux plus élevé de cortisol dans le sang. – growing geese (Anser anser f. domestica) to the proximity of wind turbines.

De tous les coins du monde nous sont arrivé des nouvelles d’animaux de ferme affectés par la proximité d’éoliennes : Wind farms and deformities – ( Voir aussi les articles cités en référence ).

Quant aux effets sur les humains, ils ont été abondamment documentés et étudiés. Il manque juste une étude approfondie des infrasons émis par les éoliennes et de leurs effets sur les riverains. Vu son coût, seul un gouvernement pourrait la financer, chose qu’il refuse de faire suite aux pressions exercées par le lobby éolien. La NASA en a fait une pourtant, en 1985, répondant aux plaintes des riverains d’une éolienne expérimentale de 2 MW. « les nuisances sont réelles » concluent les chercheurs

Mais l’industrie éolienne prétend que les éoliennes modernes n’émettent plus d’infrasons nocifs, sans toutefois le prouver par une étude acoustique. Sa mauvaise foi est évidente et, comme le remarque Madame Hoffmeyer, n’est pas sans rappeler l’industrie du tabac ( quand celle-ci refusait d’admettre que la cigarette pouvait tuer ).




Publié par : WCFN | 08/01/2016

Votre santé est menacée par les éoliennes ?

Expertises sanitaires autour de

parcs éoliens

Parcs éoliens existants ou en projet : pour que les problèmes sanitaires causés par les éoliennes soient enfin reconnus, une expertise sanitaire s’organise autour des Professeurs Mouthon et Ravussin, avec demandes centralisées par l’AFM-SICEM.

Logo AFM-SICEM                        www.afm-sicem.fr

Nous sommes nombreux à nous plaindre du fonctionnement bruyant des éoliennes, nuisances sonores et infrasonores.

Nous sommes concernés, riverains de parcs en fonctionnement et riverains de parcs en projets.

Le Professeur Gilbert MOUTHON, Vétérinaire, et par ailleurs Expert agréé par la Cour de Cassation, et dont la société est Euroscience santé, pourrait être saisi afin de réaliser l’expertise suivante :

Il s’agit de procéder conjointement avec un expert médecin à une expertise sanitaire autour des parcs éoliens en fonctionnement et d’établir le lien causal entre les infrasons et les problèmes sanitaires rencontrés par les riverains de ces parcs, humains ou animaux.

Le Pr MOUTHON est biophysicien, biochimiste, ancien chef de service de l’Ecole vétérinaire de Maisons-Alfort. Il a constitué son entreprise pour expertises sanitaires avec un médecin, un physicien et une juriste qui est habituée à ficeler les dossiers épineux.

Le Pr MOUTHON aidé de confrères, réaliserait des mesures d’intensité d’infrasons autour de parcs éoliens déjà en fonctionnement avec études épidémiologiques auprès des riverains des parcs. Il étudierait de nombreux cas de figures (au moins 10) pour pouvoir retrouver toutes les situations.

Le Pr MOUTHON souligne par ailleurs qu’il faut être physicien pour faire les mesures des infrasons : il faut en effet prouver les effets de résonnance entre les éoliennes et démontrer comment les phénomènes ondulatoires se déroulent.
Le Pr Pierre RAVUSSIN, physicien, pourra mesurer les effets de résonnance par des appareils adaptés, les résonnances ayant été étudiées par les militaires pour les utiliser comme armes du fait de leur pouvoir destructeur, détection obligatoire dans le cas des éoliennes. En effet, la simple mesure des infrasons sans évaluation des effets de résonnance ne donnera rien. Il faut notamment prendre en compte la topographie qui diffère selon les sites.

Le lien de causalité pourra ainsi être établi.
Les riverains de futurs parcs pourront aussi utiliser l’expertise car la transposition à la topographie des lieux les concernant, pourrait être faite.

Une fois les résultats obtenus, la juriste de l’entreprise du Pr MOUTHON nous constituerait notre dossier pour que, individuellement nous déposions plainte au civil contre les propriétaires des champs accueillant des éoliennes, pour mise en danger de la santé d’autrui, avec demande de forts dommages et intérêts contre chacun : de l’ordre de 200 000 à 300 000 euros par plaignant.

Les propriétaires des champs n’ayant certainement pas ces sommes en trésorerie, surtout si le nombre de plaignants est important ce qui augmentera l’addition, renonceront aux éoliennes. S’ils sont prisonniers de leur bail avec le/les promoteur(s), libre à eux de se retourner ensuite contre les promoteurs.

Le tarif de l’expertise est estimé comme suit :

  • Le tarif du Pr MOUTHON et celui des autres co-experts sera celui de l’expertise en cassation : 130 euros HT / heure et non le tarif des avocats (qui est lui entre 250 et 350 euros HT / h à Paris).
  • Pour construire l’appareil, réaliser les mesures ondulatoires (autour de 10 sites d’éoliennes c’est l’ordre de grandeur pour que ce soit probant), puis les analyses avec le médecin, et boucler nos procédures : il faut compter sur une participation située entre 400 et 600 euros par personne si nous sommes 100.
  • Le dossier bouclé pour chacun de nous, nous le déposerons auprès de nos avocats respectifs pour qu’il introduise la plainte au civil. Nos avocats ne seront que des boîtes aux lettres pour ainsi dire.

La durée de l’expertise : en 6 mois environ, nous pourrons avoir les résultats.

Toutes les personnes intéressées par cette démarche sont priées de se mettre en relation avec l’association AFM-SICEM (www.afm-sicem.fr) qui centralise les demandes : contact@afm-sicem.fr

Le 17 octobre 2015
La Présidente
Marie-Stella DUCHIRON


Marie-Stella DUCHIRON :

  • Ingénieur Agronome ;
  • Ingénieur du Génie Rural, des Eaux et des Forêts ;
  • Docteur ès Sciences (Université de Göttingen, Allemagne, et ENGREF, France) ;
  • Agréée Expert Forestier ;
  • A écrit un livre en 1994 sur la gestion écologique des forêts qui a été ensuite traduit en allemand ;
  • Réalise des expertises scientifiques de haut niveau en collaboration avec des juristes ;
  • Chargée de cours en universités et fait de la recherche avec des collègues universitaires dans sa spécialité ;
  • Possède une maison dans la campagne française en passe d’être encerclée par des éoliennes et se bat depuis 2009 contre ce projet éolien par tous les moyens administratifs. Ceux-ci sont tous épuisés et le Conseil d’État est en train de délibérer pour les recours contre les permis de construire (gagnés en première instance) mais le rapporteur public donne raison au promoteur…

 

Professeur Gilbert MOUTHON

Gilbert Mouthon

Professeur Gilbert Mouthon

  • Il est celui à qui l’on doit la révélation du scandale de Tchernobyl, du scandale de la vache folle et du scandale de la viande halal ;
  • Homme de toute honnêteté qui est parfois mal vu des autres vétérinaires car il a osé dénoncer les conflits d’intérêts dans sa profession avec la prescription et la vente des antibiotiques par le vétérinaire.

 

Professeur Pierre RAVUSSIN

Pierre Ravussin

Professeur Pierre Ravussin

  • Professeur, ancien directeur à l’Université de Paris VII du cours officiel en langue française sur la protection de l’environnement atmosphérique soutenu par les organisations internationales OMS (Organisation Mondiale de la Santé), OMM (Organisation Météo-rologique Mondiale) et PNUE (Programme des Nations Unies sur l’Environnement).
  • Effectua plusieurs missions en Afrique comme expert sur la protection de l’air pour les organismes onusiens, dont l’OMS ;
  • Directeur général et Président de Laserix, une SA qui a développé et commercialise une nouvelle méthode arthroscopique destinée au traitement de l’arthrose précoce par resurfaçage du cartilage articulaire pour les marchés vétérinaires et humains.
Publié par : WCFN | 20/10/2015

LES DÉS SONT PIPÉS


LOGO WCFN 10

Conseil Mondial pour la Nature

Communiqué de Presse
19 octobre 2015

DÉMOCRATIE : LES DÉS SONT PIPÉS

QUAND LE « CAPITALISME DE COPINAGE » DIRIGE LE GOUVERNEMENT


Un coup d’Etat de facto a secoué l’Australie le mois dernier. Le Premier Ministre Tony Abbott a été évincé par un rival au sein de son propre parti. Abbott avait conduit les Libéraux à la victoire aux élections de 2013, en promettant de réduire l’agenda « vert », coûteux et nuisible, du gouvernement précédent.


Les producteurs d’énergies renouvelables, qui vivent de subventions et autres faveurs du gouvernement, se sentaient menacés par Abbott. Ils sont donc intervenus, malgré le vote populaire. Le lobbying est leur force, en raison de leurs poches profondes remplies d’argent des contribuables (ou des consommateurs captifs – comme en France via la CSPE). Les citoyens, en particulier les victimes de parcs éoliens, ne peuvent pas rivaliser avec ça. Ceci a conduit, en Australie, à la victoire des « capitalistes de copinage ». Une nouvelle majorité est donc apparue au sein du Parti Libéral, en faveur de l’éolien. Abbott n’ayant plus le soutien dont il avait besoin pour gouverner, il a dû démissionner.


Le système politique Australien permet, en cours de législature, à un rival de renverser (« spill ») le chef de son parti. Cela rend la démocratie particulièrement vulnérable aux lobbies. Certains de ces derniers sont extrêmement puissants. Le Lobby éolien, par exemple, est une force politique majeure dans le monde. Les énormes subventions aux énergies renouvelables permettent de créer une « tempête parfaite » de corruption. Il suffit d’utiliser une partie de l’argent de ces subventions pour récompenser ceux qui les ont votées au Parlement, par le biais légal du financement de leurs campagnes électorales. Le livre « Throw Them All Out » (Jetez Les Tous Dehors) (1) documente cette pratique du « renvoi de l’ascenseur » telle qu’elle fonctionne aux États-Unis. Mais elle est bien répandue à travers le monde, ce qui explique l’énorme développement des énergies intermittentes (et inefficaces) dans de nombreux pays, au détriment de l’intérêt général.


Il n’y a aucune raison de penser que cette pratique n’est pas appliquée en Australie. En fait, le renversement de Tony Abbott semble indiquer qu’elle a également cours dans ce pays. Avec autant d’argent de « corruption légale » disponible pour ses ennemis, comment le Premier Ministre aurait-il pu résister à la manœuvre de « spill » lancée contre lui ? Certes, c’est une spéculation, mais elle est des plus probables. Quoiqu’il en soit, cela pose une question troublante sur la réalité de la démocratie en Australie, car nous avons ici l’exemple d’un premier ministre élu par les Australiens, mais jeté aux orties par quelques députés retournant leurs vestes avant que son programme ne puisse être mis en oeuvre. – Hmm!


Malcolm Turnbull, le nouveau Premier Ministre, a donc pris ses fonctions, et son gouvernement a changé rapidement de cap. Par exemple, nous apprenons par le Sydney Morning Herald (SMH) du 3 Octobre (2), que le Dr Bruce Rapley, un consultant bien connu en Acoustique & Santé Environnementale de Nouvelle-Zélande (3), ne sera pas nommé au nouveau comité scientifique chargé de l’impact des éoliennes sur la santé humaine. Peu importe qu’il ait été recommandé par des sénateurs Australiens désireux de mettre un peu d’équilibre dans ce comité. Ce dernier ne sera donc pas équilibré. Comme nous a dit le Dr Rapley, en commentant l’article du SMH: « On dirait que je suis en dehors de la course avant même que celle-ci ait commencé ». Puis il ajouta, critique : « A quoi servira ce comité, si les dés sont pipés en ne nommant que des « experts » dont on sait qu’ils soutiendront toujours le point de vue de l’industrie? C’est se moquer de la science, de l’éthique et de la démocratie. »


Ce n’est pas la première fois que la science est manipulée pour ménager des intérêts privés. L’industrie du tabac empruntait déjà cette voie il y a des décennies. Aujourd’hui, les lobbies vont plus loin que ce précurseur, utilisant des fonds publics pour corrompre la science partout où cela peut servir leurs fins. Comités scientifiques, ONG de conservation, organismes de santé publique, et même des associations médicales nationales chantent au son de leur flûte. Le système est devenu tellement corrompu que sa rédemption semble presqu’impossible à atteindre.


Le Conseil mondial pour la Nature souhaite rendre hommage à ces professionnels de la santé, ces acousticiens et ces scientifiques qui, comme le Dr Bruce Rapley, ont le courage de défendre la science contre ceux qui la manipulent à des fins politiques. Nous aurions espéré, avec le gouvernement Abbott, qu’au moins en Australie les voix des citoyens, et en particulier celles des victimes sanitaires des éoliennes, allaient enfin être entendues. L’enquête du Sénat, dirigée par des sénateurs intègres tels que John Madigan, David Leyonhjelm et Chris Back, entre autres, a conclu que les éoliennes produisaient des effets dangereux pour la santé, la cause la plus probable en étant les infrasons et les bruits de basse fréquence qu’elles émettent (4). Mais le gouvernement Turnbull fait maintenant marche arrière sur cette reconnaissance tant attendue, tournant le dos non seulement à la santé publique, mais aussi aux massacres d’oiseaux et de chauves-souris en voie de disparition, à la destruction d’emplois et d’industries jusqu’ici compétitives.


Score : Lobby éolien : un / Science, éthique et démocratie : zéro.



Contact :

Mark Duchamp
Président, Conseil mondial pour la Nature
http://www.wcfn.org

Références :

(1) http://friends-against-wind.org/realities/windfarms-are-only-good-for-financing-political-parties

(2) http://www.smh.com.au/federal-politics/political-news/scientist-who-likened-wind-industry-to-hitler-shapes-as-potential-turnbull-government-adviser-20150930-gjyijg.html

(3) http://en.friends-against-wind.org/health/wind-turbines-worse-than-asbestos

(4) http://en.friends-against-wind.org/health/cape-bridgewater-senate-inquiry-hearing




Voyez aussi :
le pillage de la France



Publié par : WCFN | 14/10/2015

Le pillage de la France


Scène de pillage


L’ARNAQUE DE L’ÉOLIEN :
le pillage de la France



Extraits de l’article de J. d’Antraigues, publié par Polémia :


« On sent bien toutefois que, pour faire passer la suppression de centrales nucléaires, il est fondamental que demeure masquée à l’opinion publique le fait que leur production électrique devra pour l’essentiel être remplacée par de l’électricité d’origine thermique, avec comme conséquences évidentes, même pour l’homme de la rue, une augmentation massive de la consommation de combustible fossile et des émissions de CO2, du coût de l’électricité, et, les combustibles fossiles étant tous importés, d’une réduction considérable de l’indépendance énergétique nationale. »



« Dire par exemple que l’on pourra remédier à l’intermittence de l’éolien (ou du solaire) par de nouveaux moyens de stockage, ou, en agissant sur la consommation, par l’utilisation de « réseaux intelligents » (les « smart grids »…), ce n’est pas seulement irréaliste : c’est un élément de cette stratégie d’enfumage, car il est strictement impossible d’ignorer que les ordres de grandeur ne peuvent absolument pas y être. »


« Et si donc, tout simplement, le gouvernement indiquait que la France, au nom de son intérêt propre, bien sûr, mais aussi au nom de l’intérêt bien compris du reste du monde, Europe y compris (cela ne responsabiliserait il pas les autres gouvernements ?), se refusait à poursuivre en quoi que ce soit les aberrations actuelles, et ignorerait donc, autant que ce sera nécessaire, les dispositions résultant de l’infernal piège institutionnel dans lequel ses prédécesseurs ont plongé la France, contre pourtant l’avis du peuple français exprimé par référendum le 29 mai 2005? »


Lire l’article au complet : http://www.polemia.com/larnaque-de-leolien-le-pillage-de-la-france-synthese/



Publié par : WCFN | 02/10/2015

Des ONG alertent le G20

wcfn-xxl

World Council for Nature

LETTRE OUVERTE
à la réunion des Ministres de l’Énergie du G20
le 2 October 2015 à Istanbul
( version française remise à SÉGOLÈNE ROYAL )

co-signée par:

na-paw logo         logo

North-American Platform Against Windpower        Victimes des Éoliennes





Monsieur le Premier Ministre de la Turquie,
Mesdames et Messieurs les Ministres de l’énergie des pays du G20,
Mesdames et Messieurs les participants à la réunion du G20,



( ORIGINAL EN ANGLAIS* envoyé le 29 sept. – ndlr )

Vous préparez la réunion d’Istanbul, dont l’objectif est de coordonner les politiques énergétiques des pays du G20. C’est une occasion appropriée pour vous faire part des graves préoccupations qu’ont les gens ordinaires de cette planète en ce qui concerne la « transition énergétique ».

La production d’énergie éolienne et photovoltaïque dépend de la météo. Trente années se sont écoulées depuis l’introduction de cette électricité instable et coûteuse. Sans possibilité de la stocker à grande échelle, elle est de peu d’utilité. L’utilisation de centrales à combustibles fossiles pour la réguler la rend encore plus chère, et annule les économies réalisées sur les émissions de C02.

L’entrepreneur et philanthrope Bill Gates a déclaré que le coût de la décarbonisation en utilisant la technologie d’aujourd’hui est « plus qu’astronomique« . Après avoir investi un milliard de dollars dans la recherche de nouvelles techniques pour exploiter l’énergie du soleil, il suggère que les gouvernements réaffectent leurs inutiles subventions « vertes » à la recherche et au développement (1). Il a également fait don de 28 milliards de dollars à l’humanité, soit près de la moitié de sa fortune (2).

Les subventions aux inefficaces éoliennes ont créé une « industrie mondiale de 1,8 billion de dollars » (3), dont le coût handicape les économies sur lesquelles elles pèsent, tandis que les émissions de CO2 ne parviennent pas à baisser. Les dommages collatéraux, par contre, sont considérables, quel que soit le nombre « d’experts » embauchés pour dénigrer les éléments de preuve, tels que les impacts négatifs sur la santé révélés par des professionnels consciencieux (4). Pareillement, le massacre d’oiseaux et de chauves-souris par millions (5) est nié, de même que les effets délétères sur le prix de l’électricité, sur l’emploi, sur la valeur des biens immobiliers et le potentiel touristique des régions. Des habitats fauniques et des écosystèmes marins sont sacrifiés, ainsi que des mammifères marins, des forêts, des paysages, le caractère reposant de la campagne et la qualité de vie en général. L’eau souterraine est contaminée (6), des pales d’éoliennes, non recyclables, s’accumulent dans les décharges publiques, l’extraction de terres rares pour les turbines tue des mineurs, des femmes et des enfants en Chine (7), tandis que partout les populations sont abreuvées de slogans mensongers tels que : « énergie verte », « le vent est gratuit », ou encore « des énergies renouvelables pour sauver la planète ».

Intérêts privés et politiciens sans scrupules se sont appropriés de l’ Agenda « Vert », provoquant des dégâts sans précédent à travers le monde, notamment lorsque des éoliennes sont érigées dans des couloirs de migration ou des habitats protégés, tuant des espèces rares – l’Escandorgue, en France, est un exemple particulièrement scandaleux (8); le projet offshore Yeu-Noirmoutier en est un autre.

Des articles de presse témoignent de soupçons croissants de corruption, et un livre décrit comment des récolteurs de fonds pour la dernière campagne électorale ont été nommés au sein de l’administration américaine, d’où ils distribuent des faveurs en retour : « Throw Them All Out » (traduction: Foutez les Tous Dehors) (9).

Les émissions d’infrasons augmentent à mesure que les éoliennes deviennent plus gigantesques, causant davantage de victimes parmi les riverains. Celles-ci ne sont ni assistées ni indemnisées. En outre, en Turquie par exemple, les droits de propriété ne sont pas respectés : des bulldozers pénètrent illégalement dans les propriétés privées, et des terres de grande valeur sont expropriées purement et simplement, en violation de la Constitution (10). Des injonctions du Conseil d’Etat ordonnant l’arrêt des travaux ne sont pas toujours appliquées par les autorités locales (10). Dans Bodrum, les résidents ont dû rester sur leurs gardes 24/7, armés de bâtons pour empêcher les travailleurs éoliens de pénétrer sur leurs terres. Malgré ces violations, de nombreux projets éoliens en Turquie sont activement soutenus par les gouvernements allemand ou danois, et financés par la BERD et/ou la Banque mondiale.

Les riverains souffrent à des degrés divers de la brutalité du développement de l’éolien. Prenez le Mexique, où des communautés entières de populations autochtones de l’isthme de Tehuantepec sont descendues dans la rue pour manifester contre l’invasion de leurs terres tribales par des centaines d’éoliennes indésirables. Employés de l’industrie éolienne et riverains y s’opposent dans la violence, causant mort d’homme (11). Le développement de cette industrie a causé encore des morts au Guatemala et au Kenya (12) ; et à Dongzhou, en Chine, 20 manifestants ont été tués quand la police a tiré dans la foule (13).

Inefficacité et coût exorbitant ont crevé la bulle éolienne en Espagne, en Grèce, au Portugal et en Italie. Des pays plus riches, comme le Danemark, l’Allemagne et le Royaume-Uni, réduisent leur soutien, comme l’ont fait la Chine (14) et l’Inde. D’autres – comme l’Australie, le Canada, la France et la Turquie, entrés dans le jeu tardivement, se sont lancés à l’aveuglette, mus par un agenda politique qui n’est peut-être pas exempt de corruption (15). Seuls les États-Unis peuvent maintenir cette désastreuse politique des énergies renouvelables, qui draine pourtant leurs finances publiques depuis 30 ans. Il peuvent le faire grâce à l’attrait exercé sur les investisseurs du monde entier par leurs obligations et bons du Trésor, donnant à Washington l’avantage unique de pouvoir imprimer de l’argent à volonté sans conséquences fâcheuses à court ou moyen terme.

Tout ceci n’augure rien de bon pour l’avenir de l’humanité. Dans le but de faciliter des prises de décision informées, basées sur des réalités actuelles, nous vous invitons respectueusement à examiner les documents fournis ci-dessous. Ils ne sont que la « pointe de l’iceberg », car nous en avons beaucoup d’autres que nous maintenons à votre disposition. Au nom de ceux qui souffrent aujourd’hui, et des victimes à venir, nous recommandons vivement aux pays du G20 qu’ils reconsidèrent leurs politiques énergétiques, en commençant par déclarer un moratoire.

Vos dévoués,

Mark Duchamp +34 693 643 736
Président, World Council for Nature – wcfn@live.com

Sherri Lange
Directrice générale, NAPAW – kodaisl@rogers.com

Ghislaine Siguier
Présidente, Victimes des Éoliennes – victimes.eolien@gmail.com


Références :

(1) http://www.theregister.co.uk/2015/06/26/gates_renewable_energy_cant_do_the_job_gov_should_switch_green_subsidies_into_rd/

(2) http://www.therichest.com/rich-list/most-influential/the-worlds-most-generous-charity-donors/

(3) http://canwea.ca/wind-energy/national/

(4) http://www.epaw.org/documents/List_of_concerned_health_practitioners_researchers_and_acousticians.pdf

(5) http://savetheeaglesinternational.org/new/us-windfarms-kill-10-20-times-more-than-previously-thought.html

(6) http://wcfn.org/2014/12/29/windfarm-contaminates-water/

(7) http://instituteforenergyresearch.org/analysis/big-winds-dirty-little-secret-rare-earth-minerals/

(8) http://savetheeaglesinternational.org/francais/le-corridor-des-grands-rapaces.html

(9) http://friends-against-wind.org/realities/windfarms-are-only-good-for-financing-political-parties

(10) http://wcfn.org/2015/09/29/dw-article-on-turkey/

(11) http://windsector.tumblr.com/post/12274662504/mexican-wind-standoff-turns-deadly

(12) http://stopthesethings.com/2015/02/28/the-wind-industrys-latest-killing-fields-africans-just-dying-to-save-the-planet/

(13) http://usatoday30.usatoday.com/news/world/2005-12-09-china-village_x.htm
http://wcfn.org/2015/04/22/huge-wind-farm-corruption-scandal-in-spain/

(14) “the share of renewables in China’s energy mix is projected to only reach 17% by 2030 compared to 13% in 2010” http://irena.org/remap/IRENA_REmap_China_report_2014.pdf
Une, rien qu’une des raisons en pourraît être la mauvaise qualité de leurs éoliennes :
http://www.aweablog.org/a-pleasant-surprise-usa-not-china-is-1-in-wind-energy/

(15) http://wcfn.org/2015/04/22/huge-wind-farm-corruption-scandal-in-spain/

 
 

* Notre lettre en anglais

* Notre lettre en turc

 

Notre lettre en français a été publiée par Économie Matin

Notre lettre en anglais a été publiée par Principia Scientific International

… et par Canada Free Press

Notre lettre en turc a été publiée par Enerji Magazin, et a fait l’objet d’un article dans Evrensel

 

 
 

Publié par : WCFN | 19/09/2015

Les éoliennes et les animaux


Principaux articles ou études sur les éoliennes et les animaux de ferme

Si vous en connaissez d’autres, SVP nous aviser : wcfn@live.com

Le Figaro - Ces éoliennes qui troublent le lait des vachesphoto: Le Figaro

« Un rapport d’expert démontre un lien de causalité entre la baisse significative de la production du cheptel d’un exploitant agricole de la Somme et le parc éolien voisin. »
Lire l’article du Figaro du 17 sept. 2015

Voir aussi la vidéo de France 3

Un autre article sur la même nouvelle, mais en anglais


Autres effets sur les animaux :


en français :
1600 fausses-couches dans un élevage de visons près d’un parc éolien



en anglais : Agneaux nés avec des difformités ( en anglais )


Autres animaux de ferme nés avec des difformités, etc. ( en anglais )


Les femelles visons attaquent leurs petits ( en anglais )


1600 fausses couches dans un élevage de visons près d’un parc éolien ( en anglais )


Articles en français, y compris ceux sur les éoliennes et la santé des humains : https://conseilmondialpourlanature.wordpress.com/category/sante-2/


en anglais : http://wcfn.org/category/health-2/



Publié par : WCFN | 30/05/2015

Journée mondiale de l’éolien?



La Journée mondiale de l’éolien sera célébrée le 15 Juin 2015, qui est en fait la JOURNÉE MONDIALE DE LA SENSIBILISATION À LA MALTRAITANCE DES PERSONNES ÂGÉES, selon la résolution des Nations Unies A/RES/66/127. En piratant cette journée, le lobby éolien manque de respect aux personnes âgées.

Et surtout, ce sera la…

Journée de L’ARNAQUE de l’éolien

new energy  FR     Transition_energetique

Cette bande dessinée explique pourquoi les éoliennes sont une escroquerie : l’énergie éolienne est intermittente, donc inutile.



Mais les dommages collatéraux, eux, sont bien réels :

•Les éoliennes émettent des infrasons dangereux


•Les éoliennes massacrent oiseaux et chauves-souris


•Les éoliennes dévalorisent les biens immobiliers


•Les éoliennes tuent le tourisme


•L’électricité éolienne coûte 3 fois plus cher


•Les éoliennes rendent l’électricité hors de prix


•Les éoliennes détruisent des emplois


Le 15 Juin 2015, des agents de désinformation seront mobilisés dans le monde entier pour faire croire que les éoliennes sont utiles, pas chères, sans danger pour les oiseaux et les gens, bonnes pour l’immobilier, idéales pour le tourisme et l’économie. — NE SOYEZ PAS LES DINDONS DE CETTE FARCE !



Nos remerciements à Josh, auteur de la bande dessinée – http://www.cartoonsbyjosh.com





Références:


1) – Dans de nombreux pays, des professionels de la santé avertissent des effets néfastes des infrasons émis par les éoliennes:

http://www.economiematin.fr/news-eolienne-scandale-sante-allemagne-interdiction-eolien

Traduction de la lettre du Dr Mauri Johansson, blog Le Mont Champot, post du 22 mai 2015

http://en.friends-against-wind.org/health/cape-bridgewater-senate-inquiry-hearing

http://www.dailymail.co.uk/news/article-3104180/New-curbs-block-health-risk-wind-farms.html

– etc.


2) – Les éoliennes massacrent oiseaux et chauves souris par millions chaque année:
http://wcfn.org/2015/06/04/covering-up-the-massacre/


3) – La hausse du coût de l’électricité détruit 900 emplois dans les usines d’Alcoa en Espagne:
http://wcfn.org/2014/12/12/renewable-energy-kills-900-jobs/


4) – N’hésitez pas à nous contacter si vous désirez davantage de données et d’études sur ces questions.



X X X




NB: Si une publicité apparaît ci-dessous, ça n’aura rien à voir avec WCFN. Ce sera l’oeuvre de WordPress, qui couvre ainsi ses frais. WCFN n’a pas les moyens de payer WordPress pour qu’ils nous dispensent de publicité.



Publié par : WCFN | 27/04/2015

Le grand carnage


GRULLA MONTES CIERZO
Comme la plupart des oiseaux, les grues sont victimes des éoliennes et de leurs lignes à haute tension



Conseil mondial pour la Nature
(World Council for Nature)

Communiqué – 30 avril 2015


Éolien : le grand carnage que l’on cache aux Français


Dans les débats sur l’éolien, on cite souvent l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME) pour minimiser l’impact des éoliennes sur les oiseaux. On dit par exemple que chaque éolienne ne tue en moyenne qu’entre 0,4 et 1,2 oiseaux par an (1). Il est de mon devoir, en tant que président du Conseil mondial pour la Nature, de dénoncer cette affirmation, basée comme elle est sur des statistiques de valeur scientifique douteuse établies par des consultants (bureaux d’études) soucieux de plaire à ceux qui les emploient, les promoteurs éoliens. Ce sont d’ailleurs les estimations les plus basses que j’aie jamais vues, depuis 14 ans que j’étudie les impacts de l’éolien dans le monde.


Aux Etats Unis, les chiffres récents les plus cités sont de 573.000 oiseaux (et 888.000 chauves-souris) par an, soit près de 15 oiseaux par éolienne (2). Cela fait de 12 à 37 fois plus que les estimations de l’ADEME. En Allemagne, l’ornithologue Bernd Koop avait estimé la mortalité annuelle entre 60.000 et 100.000 oiseaux par Gigawatt de capacité éolienne installée (3). Pour les 39 GW que comptent nos voisins d’outre-Rhin, cela ferait entre 2.340.000 et 3.900.000 oiseaux morts par année, soit environ 100 fois plus que ce qu’affirme l’ADEME.


Ces dernières estimations sont beaucoup plus proches de la réalité. Ceci nous a été confirmé par une étude approfondie de la Société ornithologique espagnole SEO-Birdlife (Sociedad Española de Ornitología). Ayant fait une requête basée sur le droit à l’information en matière environnementale (Convention d’Aarhus), la SEO a obtenu les copies de 136 études de suivi de centrales éoliennes, études que le gouvernement espagnol avait archivées sans les publier. Après les avoir analysées, ses chercheurs ont estimé la mortalité suivante: les 18.000 éoliennes d’Espagne tueraient en moyenne entre 6 et 18 millions d’oiseaux et de chauves-souris par an (4). Cela reviendrait à une mortalité de 100 à 300 oiseaux et 200 à 600 chauves-souris par éolienne et par an.


Ces chiffres rejoignent les premières estimations d’il y a une vingtaine d’années. Nous pouvons lire en effet, dans une étude publiée par une agence du gouvernement Californien, la California Energy Commission: (traduction)“Dans un résumé sur les impacts aviens des éoliennes par Benner et al. (1993) les morts d’oiseaux par éolienne et par an atteignaient 309 en Allemagne et 895 en Suède” – en anglais: “In a summary of avian impacts at wind turbines by Benner et al. (1993) bird deaths per turbine per year were as high as 309 in Germany and 895 in Sweden” (5). On est donc extrêmement loin des 0,4 à 1,2 oiseaux de l’ADEME.



L’OMERTA


Que s’est-il donc passé entre 1993 et 2015?

Réponse : de puissants intérêts politiques et financiers se sont entendus pour tromper notre perception de la mortalité due aux éoliennes. Pour réussir cette mystification, il était essentiel d’obtenir la coopération des ONG ornithologiques. Cela s’est fait en général à coup de donations et de contrats multiples : études d’impact pour quantité de projets éoliens, suivis sur la mortalité avienne une fois le projet construit, études ornithologiques variées… L’industrie éolienne est ainsi devenue le principal employeur d’ornithologues de l’Union européenne, et autres pays à forte pénétration des énergies dites «vertes».


En Espagne, Iberdrola (équivalent espagnol d’EDF) et Banco Triodos (la banque des énergies renouvelables) faisaient annuellement des donations à SEO-Birdlife s’élevant à près de 25% de son budget, causant un fort conflit d’intérêts. C’est du reste cela qui a causé un mouvement de dissension parmi ses adhérents, mouvement qui s’est finalement traduit par le départ du Directeur général, Alejandro Sánchez, en 2010 (6). Moins de deux années plus tard, cette société ornithologique publiait la vérité sur la mortalité éolienne en Espagne (4). Or ce rapport n’a été ni publié, ni même mentionné par les autres sociétés ornithologiques dans les pays où l’éolien domine la politique énergétique. Quelle meilleure preuve pourrait-on donner de la collusion qui existe entre intérêts éoliens et ornithologie dans ces autres pays?


Une moyenne de 200 oiseaux morts par éolienne et par an, ce n’est pourtant pas exagéré: cela fait moins d’un oiseau par 24h. Or il faut savoir que la plupart des oiseaux migrateurs (les passereaux) effectuent les longs déplacements de nuit, pour éviter la surchauffe corporelle (ils battent des ailes très rapidement tout au long du voyage). Et les nuits sans lune, ils ne voient des éoliennes que le feu de position de la nacelle, tandis les pales fauchent l’air dans l’obscurité, invisibles.


Mais il n’y a pas que des accidents par manque de visibilité. Beaucoup d’espèces ailées sont attirées par les éoliennes (7). Ceci met leur vie en danger, car les pales atteignent des vitesses de près de 300 km/h à leur extrémité (voir plus bas). Il s’agit d’abord des hirondelles, martinets et autres oiseaux ou chauves-souris qui chassent les insectes en vol – lesquels insectes sont eux-mêmes attirés par les éoliennes, a constaté le professeur Ahlén (7).

LE CAS DES RAPACES

Il s’agit aussi des rapaces, attirés par les oiseaux morts ou blessés qui gisent sous les éoliennes, ou par les mulots et lapins qui vivent à leur pied. Ces rongeurs trouvent en effet de quoi se nourrir dans ces espaces ouverts où poussent les graminées; d’autre part, la terre rendue meuble par les travaux de fondation leur permet de creuser leurs terriers plus facilement (voir photo ci-dessous).

cottontail Altamont
Photo : lapin devant son terrier, centrale éolienne d’Altamont Pass, Californie – (éoliennes de première géneration).


Perchés sur les pales à l’arrêt (voir photo plus bas), ou sur les nacelles (8), les rapaces ont une vue dominante sur cet exceptionnel territoire de chasse. Et comme les éoliennes se voient de très loin, ceux d’entre eux qui ont déjà chassé avec succès parmi ces machines sont bien entendu attirés par elles, car elles sont devenues pour ces oiseaux un indice annonçant une chasse fructueuse. Et plus ils fréquentent les sites éoliens, plus ils ont de chances de se faire frapper par une pale, dont ils jugent mal la vitesse.


D’ailleurs, nous les humains ne sommes guère plus perspicaces: qui aurait dit à vue d’oeil qu’une pale d’éolienne tournant à pleine puissance atteint près de 300km/h à son extrémité? (par vents de 45 km/h ou davantage). Il faut prendre un papier et un crayon pour le découvrir… Voici ce que cela donne pour une ENERCON de 2,3 MW, modèle E-70: 71m (diamètre) x 3,14 = circonférence de 223m x 21,5 révolutions par minute (vents >45 km/h) = 4.794m parcourus par la pointe de chaque pale en une minute x 60 minutes = 287.640m parcourus en une heure, soit 287km/h.
Par vent moins fort, cette vitesse se situe entre 100 et 200 km/h.


Il est peu étonnant, par conséquent, qu’autant d’oiseaux de toutes sortes se fassent surprendre, et tuer (ou grièvement blesser). La différence entre la lenteur apparente des pales et leur grande vitesse réelle, et l’attraction exercée par la possibilité de se percher et de trouver facilement du gibier, transforment les éoliennes en pièges géants pour les rapaces, comme elles le sont pour d’autres raisons pour les hirondelles et les chauves-souris.


Les rapaces sont effectivement décimés par les éoliennes (9). Or il faut savoir que ces oiseaux de proie sont très utiles pour contrôler certaines populations d’animaux (rats et mulots, et les pilleurs de nids comme les pies, les corbeaux etc.). Ils éliminent aussi les animaux malades ou morts, évitant des épidémies et contribuant ainsi à la bonne santé de nombreuses espèces. Leur rôle est donc important pour le maintien des équilibres naturels, de la biodiversité et des écosystèmes.


Une toute nouvelle étude approuvée par des pairs avertit que les éoliennes sont en partie responsables de la disparition de certaines espèces de rapaces dans le sud de l’Europe. L’une d’elles, le Vautour percnoptère, voit sa population d’adultes reproducteurs décliner de 3-4% par an (10). Ce spectaculaire “voilier” est déjà rare sur notre continent, où l’on dépense des millions pour le protéger, voire le réintroduire (c’est le cas de la France). C’est donc en pure perte que l’on fait ces dépenses, et bientôt l’on s’apercevra que ce sont presque toutes les espèces de rapaces qui sont menacées de disparaître à cause des éoliennes.

2_blade_perching_tubular

Photo : buse à queue rousse perchée sur une pale, Altamont Pass, Californie. Voir aussi les autres photos (8), et les vidéos (11 et 12). La réalité contraste donc avec les nombreuses « études » d’impact où l’on lit très souvent que les rapaces « évitent » les éoliennes. Cette fiction est adoptée par la plupart des ornithologues sans sourciller, tant leurs intérêts se confondent avec ceux des promoteurs éoliens. Pourtant, si les rapaces évitaient les éoliennes, comment celles-ci pourraient elles en tuer un si grand nombre (9)? C’est un non-sens manifeste, mais quand il s’agit des éoliennes les gens croient aux mensonges les plus gros.



La déferlante éolienne qui s’abat sur les habitats des espèces protégées s’appuie sur les assertions plus politiques que scientifiques de la part de l’ADEME, des ornithologues (à de rares exceptions près), de l’industrie éolienne et de ses agents, consultants, activistes etc. Elle est aussi facilitée par de considérables apports de fonds publics, provenant (en France) d’une taxe de 15% sur les factures d’électricité (CSPE). Ces milliards d’euros permettent d’aplanir tous les obstacles, de passer outre les lois, décrets et directives qui étaient sensées protéger la biodiversité. Parcs naturels régionaux, routes de migrations des oiseaux et des chauves-souris, territoires vitaux d’espèces prioritaires en danger d’extinction (comme l’est par exemple en France l’Aigle de Bonelli), rien ne leur résiste. A peu près tous les ornithologues se taisent, et la voix de ceux qui se risquent à parler est étouffée par le brouhaha de la propagande pro-éolienne. On n’entend qu’un seul son de cloche: celui des bureaux d’études, dont le ton est donné par les promoteurs qui les emploient.


Les préfets, qui donnent le feu vert aux projets éoliens, et les fonctionnaires qui étudient les dossiers, ont rarement d’autres données sous la main que l’étude d’impact préparée par ces consultants si peu objectifs. J’en ai lu une bonne centaine au cours de ces 14 dernières années, et aucune ne concluait que l’impact sur l’environnement serait inacceptable, même lorsque le projet devait être implanté dans une réserve naturelle protégée, ou menaçait une espèce en danger d’extinction. Aucune d’entre elles n’était honnête, sans oublis ni erreurs, exempte de manipulations.


Dans un article publié en anglais, nous donnons de nombreux exemples des techniques employées pour faire croire qu’un projet éolien fera très peu de victimes (13).

MITIGATION : MESURES D’ÉVITEMENT ET D’ATTÉNUATION DES IMPACTS


Pour faire «passer» les projets éoliens à très fort impact sur les espèces protégées, les consultants suggèrent en général d’appliquer certains procédés visant à la réduction des risques, par exemple le système de détection radar et d’effarouchement sonore « DTbird ». Mais il faut savoir qu’aucun de ces procédés, aucune de ces formules n’a prouvé son efficacité. Partout où ils ont été mis en œuvre, ils ont échoué (par exemple à Altamont Pass, Woolnorth, Smola, Tarifa). Le président de la LPO l’a reconnu lui-même : « il n’existe pas à notre connaissance à ce jour de systèmes efficaces pour réduire de manière significative la mortalité avienne » (14).


Mais les préfets, et autres fonctionnaires ayant leur mot à dire, croient les yeux fermés aux mesures de mitigation proposées. Le Ministère leur demande en effet d’approuver un maximum de projets éoliens, alors les belles promesses des consultants sont prises pour argent comptant. C’est ainsi que des éoliennes seront installées dans des endroits aussi inappropriés que le Corridor de Migration des grands Rapaces (15), ou bien encore le point de convergence d’importants flux migratoires sur le territoire français : par exemple la Vendée (et son espace marin) (voir carte ci- dessous).

Principales routes migratoires en France
Carte : Les routes migratoires des oiseaux passant par la France


Autre exemple de mitigation : une mesure souvent proposée pour réduire la mortalité des chauves-souris est de ne laisser tourner les pales que lorsque la vitesse du vent dépasse les 6 mètres par seconde (22 kmh) :

– Première constatation : la réduction promise de 90% de la mortalité n’a pas été vérifiée. Aucune centrale éolienne n’a mis cette mesure en pratique et en a publié les résultats.

– Deuxième constatation : on néglige les 10% de mortalité résiduelle comme s’il était acceptable de tuer de 1.2 millions de chauves-souris par an au lieu de 12 millions (nombre applicable à l’Espagne, et bientôt à la France). La plupart des espèces de chauves-souris sont en voie de disparition, or toutes sont extrêmement utiles. Les tuer en masse est par conséquent irresponsable. Et puis la mortalité sera en fait beaucoup plus élevée que 1.2 millions, puisque :
A) la réduction de 90% n’a pas été prouvée,
B) seuls quelques rares projets éoliens contemplent cette « mitigation chauve-souris ».

– Troisième constatation : la mise en pratique d’une telle mesure ne serait pas vérifiable. Qui, en effet, s’occuperait de vérifier à tout moment, pendant 25 ans, que le logiciel qui contrôle la marche des pales:
C) tient compte de la mitigation,
D) fonctionne bien, et
E) est effectivement utilisé ?
L’intérêt du propriétaire des éoliennes est en effet de ne pas mettre en œuvre cette mitigation, qui réduirait son revenu. Il faudrait donc une équipe d’inspecteurs pour le contrôler. Mais qui les paierait ? Et qui s’assurerait qu’ils n’ont pas été amadoués à force de faveurs ? L’éolien a déjà occasionné assez de corruption comme cela… (16)

LES CHAUVES SOURIS


Les chauves-souris, selon une étude publiée par le département du Lot, « constituent le groupe faunistique ayant la plus forte valeur patrimoniale » (17). Ces espèces, très utiles à l’homme, sont toutes en déclin ; et elles ne peuvent se récupérer que très lentement, chaque femelle n’élevant en général qu’un petit par an. Beaucoup sont classées comme menacées d’extinction. Sans elles les agriculteurs, l’industrie forestière et l’Office national des forêts devraient employer davantage de pesticides pour éliminer les insectes qui attaquent arbres et cultures. Cela entraînerait des effets regrettables sur les prix, et sur la santé des citoyens. Or ces petits mammifères sont tués en masse par les éoliennes, qui les attirent (7). L’effet cumulatif de plus de dix mille d’éoliennes sur tout le territoire français sera considérable, de l’ordre de 4 à 12 millions de chauves-souris tuées par an lorsque la France aura, comme l’Espagne, 18.000 de ces « pièges écologiques ». Ces machines tuent en effet près de deux fois plus de chauves-souris que d’oiseaux: environ 400 par éolienne et par an (de l’ordre de une par nuit).

DES PREUVES


Les preuves abondent : études revues par des pairs, photos, vidéos. Sur cette vidéo par exemple (18), on voit des chiroptères voler autour des pales, et se faire frapper par celles-ci, ou bien tomber au sol « barotraumatisées » ( lésions mortelles dans les poumons causées par la forte différence de pression qui se crée autour des pales ). Sur cette autre (11), on voit un vautour fauve se faire frapper par une pale. Ses yeux cherchant des carcasses au sol, il n’a pas vu arriver une pale venant d’une autre direction. Sur celle-ci enfin (12), on voit un urubu à tête rouge ( vautour d’Amérique ) perché sur une éolienne en mouvement, ne manifestant aucune crainte. Les oiseaux s’habituent aux éoliennes, se perchent dessus comme on a pu le constater sur les photos (8). De là vient le danger. Ils ne sont pas « déplacés » par les éoliennes, comme le prétendent les consultants, mais tués. Seuls sont déplacés les oiseaux qui nichent au sol : ils ne supportent pas qu’il y ait des arbres ou autres structures au-dessus de leurs nids, car un corbeau ou un rapace pourrait s’y percher.

LES MESURES DE COMPENSATION


L’inefficacité des mesures de mitigation a fait que les bureaux d’études ont inventé un autre artifice pour faire approuver les projets de leurs clients : la « compensation ». Ce stratagème est fort utile aux entreprises qui portent préjudice à la nature en raison de leurs activités. Tant et si bien qu’un nouveau business est né, qui offre des « programmes de compensation » (19) à ces entreprises afin qu’elles puissent continuer à détruire, polluer ou tuer sans être inquiétées par la Justice.


C’est tellement scandaleux que des ONG ont commencé à se mobiliser. Une centaine d’entre elles ont signé un manifeste contre ce nouveau passe-droit. Il y est dit : « Il faut à certains écosystèmes des centaines sinon des milliers d’années pour devenir ce qu’ils sont – or ces compensations font semblant qu’il est possible de trouver des remplacements » … « Introduire ces compensations permet, voire encourage, la destruction de l’environnement en faisant croire qu’un habitat peut être recréé ailleurs » … « Ces mécanismes pourraient aggraver la situation, et plus inquiétant encore, ils font de la nature une marchandise. C’est pourquoi les organisations signataires mettent en garde contre les effets de cette fausse solution et refusent les mécanismes de compensation pour perte de biodiversité » (20).


C’est un manifeste international. Plus près de chez nous, un collectif d’associations naturalistes françaises s’oppose au vote du projet de loi sur la biodiversité qui « généralise et facilite la compensation pour perte de biodiversité. Cette mesure sert en fait à donner un blanc-seing aux destructions environnementales. Le projet introduit aussi la notion de réserves d’actifs naturels, ouvrant la porte à une financiarisation de la nature. » … « De nombreux travaux scientifiques soulignent l’échec de la majorité des mesures compensatoires pour lesquelles nous disposons d’un recul suffisant et l’impossibilité de recréation de milieux constitués au fil des siècles ( on ne remplace pas un arbre vieux d’un siècle par dix arbres âgés de dix ans ou une prairie naturelle ancienne par un pré saturé en nitrates ) … (le) projet de loi introduit la notion de « réserves d’actifs naturels » dans le droit français. Ces banques d’un nouveau genre mènent des projets de restauration de biodiversité qu’elles transforment ensuite en « actifs naturels ». Le plus grand arbitraire préside, bien sûr, comme on l’a vu dans le cas de Notre-Dame-des-Landes, aux calculs qui conduisent à compenser des mares et les amphibiens qui y vivent par des prairies artificielles » (21).


L’idée de compenser un mal certain par un bien hautement hypothétique procède de la même corruption intellectuelle qui a donné naissance aux « indulgences » que vendait l’Église au Moyen Age.


La compensation est de plus en plus utilisée dans l’éolien. Par exemple, on compense l’installation d’éoliennes létales sur le territoire de chasse d’un couple d’aigles royaux par l’aménagement d’un nouveau terrain de chasse un peu plus loin. Mais nulle part au monde une telle compensation n’a été couronnée de succès. L’exemple de Beinn un Tuirc, en Écosse, est parfois cité par certains consultants. Mais cet exemple a été un échec, comme je l’ai démontré à l’époque (22).


Le fait que les rapaces soient attirés par les éoliennes rend cette compensation encore plus inefficace. On aura beau créer un nouveau terrain de chasse et y relâcher force lapins, on n’empêchera pas les aigles d’aller voir ce qui se passe là où ils avaient l’habitude de chasser auparavant – d’autant que maintenant, il y a ces hautes structures qui les attirent. Et une fois les aigles tués par les pales, à quoi servira le nouveau terrain de chasse compensatoire ?

L’EFFET CUMULATIF


L’État n’a pas considéré l’effet cumulatif qu’auront plus de 10.000 éoliennes agissant comme pièges écologiques sur le territoire national, attirant et tuant des espèces protégées. C’est pourtant requis par le Plan d’Action des Énergies renouvelables de la Commission Européenne. Le gouvernement français, comme tant d’autres avant lui, s’est précipité sur le développement éolien sans procéder à des études sérieuses sur les retours d’expérience dans les autres pays, sans interroger les experts indépendants qui auraient pu leur apprendre bien des choses… En fait, il est évident que l’État ne VEUT pas savoir. Il ne veut même pas savoir si les éoliennes émettent des infrasons dangereux pour la santé ( il refuse de faire faire une étude épidémiologique ) ; alors dans ces conditions, pourquoi s’embêter avec les oiseaux ? D’autant que la LPO milite pour l’énergie éolienne…


Les résultats ne se font pas attendre. Des témoins rapportent qu’il n’y a plus de chauves souris là où ils habitent, depuis l’érection d’éoliennes dans les alentours ; d’autres ont noté qu’ils voyaient de moins en moins de rapaces. Les hirondelles et les martinets se font plus rares aussi, ai-je entendu dire ici et là. La catastrophe écologique est en marche, et l’État se garde bien de financer des études pour évaluer les dégâts…


La situation est grave, ne serait-ce que dans la mesure où ces espèces sont de grande utilité pour l’homme. Et puis, sommes-nous prêts à vivre dans un monde qui serait largement dépourvu d’oiseaux ? Nous en avons déjà tant perdus ( sans parler des papillons ) à cause des insecticides et autres agressions des hommes contre l’environnement… Où allons-nous avec cette idéologie « verte », qui détruit la nature plus que jamais et ment aux citoyens sans ciller ?


Quel abominable gâchis font les hommes politiques de notre planète, sous prétexte de la sauver… L’industrie éolienne a-t-elle au moins fait ses preuves? Le retour d’expérience de l’Allemagne est loin d’être probant (23). Dans quelques années, lorsque tous les coûteux rafistolages auront échoué (nouveau réseau de distribution de l’électricité, etc.), les Allemands eux-mêmes devront se rendre à l’évidence : l’intermittence éolienne n’a pas de solution qui soit économiquement viable. Les ingénieurs indépendants ne cessent de le répéter (24), mais les gouvernements font la sourde oreille: les subventions à l’éolien permettent de succulents retours d’ascenseurs… (25)


La bulle crèvera lorsque le coût des subventions ne sera plus soutenable, comme c’est arrivé dans les pays du Sud de l’Europe, et comme cela arrive maintenant au Royaume Uni, à l’Allemagne et plus récemment encore au Danemark (26). Les emplois créés dans la filière des énergies renouvelables disparaîtront alors. La cherté de l’électricité aura appauvri les ménages via la CSPE, et fait délocaliser davantage d’entreprises. Le chômage en sera accru, et les touristes amateurs de nature, paysages et repos choisiront d’autres destinations. Les maisons des riverains seront dépréciées et ceux-ci vivront moins longtemps, souffrant d’un niveau élevé de cortisol. Quant aux oiseaux…




Mark Duchamp
President, World Council for Nature
Tél: +34 693 643 736


Références:


(1) – METRONEWS – Vrai ou Faux


(2) – Aux Etats Unis, le Dr Shawn Smallwood estime que les éoliennes tuent 573.000 oiseaux et 888.000 chauves-souris par an


(3) – En Allemagne, l’ornithologue Bernd Koop estime la mortalité annuelle entre 60.000 et 100.000 oiseaux par Gigawatt de capacité éolienne installée


(4) – En Espagne, 18.000 éoliennes tuent de 6 à 18 millions d’oiseaux et de chauves souris par an


(5) – Rapport de Dave Sterner
Page 12, 1er paragraphe.


(6) – Alejandro Sanchez


(7) – Les éoliennes ATTIRENT les rapaces, les chauves-souris, et tous les oiseaux qui chassent les insectes en vol (hirondelles, martinets etc.)
Voir les études du professeur Ahlén données en référence – également disponible en Pdf sur demande faite à wcfn@live.com


(8) – Photos et vidéos: rapaces posés sur des éoliennes, ou se faisant frapper par les pales.


(9) – Quelques uns des aigles tués par les éoliennes (pointe de l’iceberg)
Quelques uns des balbuzards pêcheurs tués par les éoliennes
Effets catastrophiques sur les milans royaux (pages 97, 98, 99).


(10) –
Action on multiple fronts, illegal poisoning and wind farm planning, is required to reverse the decline of the Egyptian vulture in southern Spain
Ana Sanz-Aguilar, José Antonio Sánchez-Zapata, Martina Carrete, José Ramón Benítez, Enrique Ávila, Rafael Arenas, José Antonio Donázar – Etude publiée le 21 avril 2015 par ELSEVIER, Biological Conservation, Volume 187, July 2015, Pages 10–18 Les éoliennes précipitent le déclin du Vautour percnoptère


(11) – Grèce : sans en avoir peur, ce vautour fauve vole entre les pales d’une éolienne, et se fait frapper


(12) – Sans aucune crainte, ce vautour américain est posé sur une éolienne en marche


(13) – The shame of Scotland


(14) – DTBird et autres systèmes de mitigation sont inefficaces, écrit le président de la LPO


(15) – Le Corridor de Migration des grands Rapaces


(16) – Scandale de corruption éolienne en Espagne


(17) – Chauves-souris : la plus forte valeur patrimoniale


(18) – Vidéo : chauves-souris frappées par des pales d’éoliennes


(19) – L’arnaque des programmes de compensation


(20) – « Introduire ces compensations permet, voire encourage, la destruction de l’environnement en faisant croire qu’un habitat peut être recréé ailleurs » Si retiré de la Web, nous demander l’article à wcfn@live.com


(21) – « …la compensation pour perte de biodiversité… sert en fait à donner un blanc-seing aux destructions environnementales. » Si retiré de la Web, nous demander l’article à wcfn@live.com

(22) – Aménagement d’un nouveau terrain de chasse pour l’aigle royal: un échec


(23) – Le retour d’expérience de l’Allemagne est loin d’être probant


(24) – L’intermittence éolienne n’a pas de solution qui soit économiquement viable

(25) – Les subventions à l’éolien permettent de succulents retours d’ascenseurs…


(26) – la bulle éolienne est en train de crever ailleurs dans le monde


Publié par : WCFN | 12/04/2015

Pétition pour sauver l’Amazonie


Aidez à créer la plus grande réserve naturelle du monde


Avaaz: 838 201 ont signé. Aidez-nous à atteindre 1 000 000

Kayapo Trust Fund Created



AVAAZ: « Un ambitieux projet promet de créer la plus grande réserve naturelle du monde, protégeant 135 millions d’hectares de forêt amazonienne. C’est plus de deux fois la taille de la France! Mais il ne se réalisera que si les dirigeants du Brésil, de la Colombie et du Venezuela savent que c’est ce que veulent les citoyens. Et c’est là que nous intervenons. »


« La Colombie s’est déjà dite prête à porter ce projet. Si nous nous rassemblons en un immense mouvement mondial pour sauver l’Amazonie et que nous lançons des sondages dans les trois pays concernés, nous donnerons au président colombien le soutien dont il a besoin pour convaincre le Brésil et le Venezuela. Les trois leaders cherchent des occasions de briller au prochain sommet pour le climat de l’ONU. Offrons-leur une opportunité en or. »


« L’Amazonie est primordiale pour la vie sur Terre: 10% des espèces connues vivent au sein de cette splendide forêt vierge, et ses milliards d’arbres jouent un rôle clef dans l’atténuation du dérèglement climatique. Les experts disent que la création de cette réserve serait une véritable révolution pour contrer la déforestation rampante. Signez cette pétition maintenant; lorsque nous atteindrons 1 million de signatures, les chefs indigènes remettront notre pétition et nos sondages directement aux trois gouvernements. »


Pour signer la pétition: PÉTITION AVAAZ



X X X




NB: Si une publicité apparaît ci-dessous, ça n’aura rien à voir avec WCFN. Ce sera l’oeuvre de WordPress, qui couvre ainsi ses frais. WCFN n’a pas les moyens de payer WordPress pour qu’ils nous dispensent de publicité.



Publié par : WCFN | 10/04/2015

Suisse: une réforme anti-démocratique

logo

Monsieur Charles Juillard
Ministre des Finances, de la Justice et de la Police
2, rue du 24-Septembre
2800 Delémont

LETTRE OUVERTE AU CANTON DU JURA, SUISSE
Avril 2015

Une réforme anti-démocratique

Monsieur le Ministre des Finances, de la Justice et de la Police,

Des citoyens du Jura nous ont écrit pour nous demander de l’aide au sujet de l’avant-projet de loi que vous avez soumis à consultation populaire le 20 mars dernier. Il prévoit en effet de faire payer ceux qui engageraient une procédure de conciliation dans le cadre des octrois de permis de construire et d’aménagement du territoire. Notre collectif Victimes des Éoliennes dénonce cette manoeuvre anti-démocratique qui aurait pour résultat de museler les citoyens opposés à vos projets.

Vous proposez en effet que les frais afférents à la procédure de conciliation puissent être mis à la charge des personnes dont l’opposition “aura été déclarée manifestement irrecevable ou manifestement infondée” (1). Vous seriez par conséquent juge et partie, puisque vous soutenez ces projets d’une part, et vous pourriez d’autre part condamner à payer ceux qui s’y opposent.

N’est-ce pas le rôle de la conciliation que de permettre aux Jurassiens, sans distinction de richesse, de s’opposer avec quelque chance de succès aux projets qui les touchent de près? N’est-ce pas par respect des droits des citoyens que vos prédécesseurs avaient mis en place cette procédure gratuite, que vous voulez maintenant rendre très onéreuse?

Vous voulez vous octroyer le pouvoir de déclarer “infondées” les oppositions à vos projets, et surtout de châtier leurs auteurs. Il s’agit là d’un pouvoir discrétionnaire qui vous donnerait un blanc-seing sur l’aménagement du territoire. Autant supprimer la procédure de conciliation, ce serait plus simple.

Gouverner en faisant taire les opposants, c’est précisément ce que tous les démocrates condamnent. Votre projet est réducteur des Droits de l’Homme, et socialement rétrograde. Les habitants des campagnes jurassiennes ont leur mot à dire quand on veut leur imposer des machines énormes de 150 à 200 mètres de haut, à 500 mètres des maisons où ils dorment avec leurs enfants.

Les éoliennes émettent des infrasons d’une signature particulière, dont des études scientifiques ont constaté les effets nocifs sur la population (2). Ces effets s’aggravent avec la durée d’exposition, à l’insu des victimes. Seule une minorité de gens, souvent ceux qui sont sujets au mal de mer ou des transports, y sont sensibles dès le départ. Or face à cette alerte sanitaire, vous fermez les yeux et préférez croire le lobby éolien, lequel met en avant des études peu rigoureuses qui n’ont jamais mesuré les infrasons dans les maisons des victimes.

Si les infrasons éoliens étaient inoffensifs, comme le prétend ce lobby, pourquoi ont ils causé 1600 fausses couches dans une ferme à visons au Danemark, des malformations parmi les poulains d’un haras au Portugal, des difformités chez des animaux d’élevage aux USA et ailleurs, et la mort de 400 chèvres à Taiwan (3)?

Or la révision des procédures que vous préconisez laissera les habitants du Jura à la merci des promoteurs. Bien peu de ces victimes potentielles auront les moyens financiers nécessaires pour s’opposer aux projets qui menacent leur santé. Il s’agit d’une discrimination contre les plus pauvres, que l’on fait taire, tandis que des riches empochent les subventions à l’éolien, une énergie hors de prix, intermittente et donc inefficace.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de notre respectueuse considération.

Ghislaine Siguier
Présidente du collectif Victimes des Eoliennes
105 Route des Pommiers
Centre UBIDOCA, 10562
74370 Saint-Martin-Bellevue
FRANCE
Tél: 05 46 68 99 67 victimes.eolien@gmail.com

Christine Beuchat
Coordinatrice pour la Suisse du collectif Victimes des Eoliennes
Adresse: Les Errauts 2 2364 Saint-Brais
Tél. 032 433 45 29 mobile 079 396 30 40 christine.beuchat@bluewin.ch

Références :

1) – révision de la loi sur la construction et l’aménagement du territoire et du décret sur le permis de construire:
http://tinyurl.com/n9k55ss

2) – effets néfastes des infrasons:

– “l’existence d’effets nuisibles ou désagréables à l’homme de ces bruits quasi-inaudibles est un fait prouvé et il est nécessaire de savoir les identifier, d’estimer les niveaux d’exposition et de prendre éventuellement les mesures adéquates pour diminuer leur influence sur les personnes exposées.”. – Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles (INRS) http://tinyurl.com/kfq9wlr page 68

– “Les infrasons ont des actions physiologiques différentes: oppression, fatigue, nausées. Ils sont émis par les compresseurs et plus généralement par les machines vibrantes. Ils peuvent se transmettre par les structures à longue distance.” Page 277 du Guide Pratique de Gestion d’un Établissement public Local d’Enseignement, volume 2, page 277 http://tinyurl.com/l5lcq9o

­“ Les infrasons ont la capacité de traverser les obstacles (murs, fenêtres, cloisons) y compris les matériaux isolants conçus pour arrêter le bruit. Les équipements de protection individuelle contre le bruit ne sont donc pas efficaces pour atténuer les infrasons et leurs vibrations transmises à la boîte crânienne et à la cage thoracique.” http://tinyurl.com/ns2a65c

– VIDÉO: “Céphalées, acouphènes, troubles du sommeil, vertiges et nausées constituent le syndrome éolien”. Explications du Docteur Francis Augry de Guerville.
http://fr.friends-against-wind.org/health/probleme-de-sante-publique-le-syndrome-eolien

– littérature scientifique sur les effets délétères des éoliennes sur la santé:

En français: http://lemontchampot.blogspot.fr/2014/12/approche-epidemiologique-des-tres.html

En anglais (liste plus exhaustive): http://docs.wind-watch.org/Stony-Gap-Expert-Opinion-Laurie.pdf Témoignage du Dr Sarah Laurie, Directrice générale de la Fondation Waubra. NB: Si le lien ne marche pas la 1ère fois, essayez une deuxième fois. Ça arrive souvent.

3) – effets nocifs sur les animaux de ferme et sur les menstruations des femmes:

– 1600 fausses-couches près des éoliennes:
https://conseilmondialpourlanature.wordpress.com/2014/06/08/1-600-fausses-couches-pres-des-eoliennes/

– Éoliennes et malformations à la naissance:
http://wcfn.org/2014/03/31/windfarms-vertebrates-and-reproduction/

– Un autre évènement horrible au Danemark:
http://wcfn.org/2014/06/23/another-horror-story-from-denmark/

– Les éoliennes provoquent des troubles dans l’ovulation:
http://wcfn.org/2014/07/10/denmark-wind-turbines-disrupt-menstruation/

– Agneaux nés avec des difformités en Australie:
http://wcfn.org/2015/04/02/wind-farms-deformities/

Older Posts »

Catégories